mercredi, juillet 04, 2018

NE(E)S DE L'ECUMES ET DES REVES

Depuis le 5 mai et jusqu'au 9 septembre, le MuMa de la ville du HAVRE accueille une nouvelle exposition :
  
Né(e)s de l'écume et des rêves 

rassemble pour la première fois 180 œuvres des XIXe et XXe siècles autour du thème de la mer et de l’imaginaire qu’elle suscite chez les artistes.


Peinture de Théodore Géricault (1819). 4,91 x 7,16 m. Louvre, Paris.   


 La grande force de cette exposition est de présenter les travaux de peintres, scientifiques, écrivains, photographes réunis sur ce même sujet vaste qu'est la mer ! Tous attirés  par ce monde de créatures mystérieuses, d'histoires d'hommes, de passions et d'évasion.

Le site officiel de l'exposition: ici


Et si, cet été on allé au Havre? 



samedi, janvier 06, 2018

MICKAEL JOURDAN ou le Bonheur des Choses Simples

Des doux souvenirs, des moments de rêverie aux limites infinies, de la naïveté innocente conservée de l'enfance, de l'observation des faits et gestes du quotidien, MICHAEL JOURDAN en a fait son petit chemin.


l'Aquarium

Ce jeune auteur-illustrateur vit actuellement à Toulouse.
 Après des études à Angoulême et une escale à Bruxelles, il pratique la bande dessinée et se
passionne pour la littérature jeunesse.


Papier découpé


Dans son approche de la "simplicité", il adopte l'art ancestral du papier découpé (reprenant les chemins déjà empruntés par ses aînés comme H.Matisse) mais aussi pour faire des maquettes en 3D.


Animation Maquette 3D

Animation visible sur: http://canceradom.fr/


De véritables compositions détaillées comme cette ville ou cette foule traversant au passage cloutés.


La Foule


On y retrouve du Sempé  dans ses dessins.
Du moins dans la manière de croquer la vie qui nous entoure, de représenter de petits bonhommes absorbés dans la contemplation d'un paysage.
Nous sommes au pays des doux rêveurs et ça fait du bien !


Au Parc


 Son premier livre (Le grand marécage, aux éditions La joie de lire) sort en 2014.
 Depuis, il partage son temps entre l’illustration
 (revue XXI, The Parisianer, Biscoto, revue Dada, revue INfluencia…),
 de nouveaux projets de livres et l’animation d’ateliers créatifs pour enfants.

Afin de passer un agréable moment, nous vous recommandons son site officiel :

Ainsi que son Blog:




dimanche, décembre 24, 2017



Nous vous souhaitons de Joyeuses Fêtes et à l'Année prochaine !




vendredi, décembre 15, 2017

CAMILLE BEURRIER

Camille Beurrier a fusionné ses deux passions: la Peinture et la Montagne.

C'est à l'acrylique qu'elle s'attaque aux grands sommets des Pyrénées (Tourmalet, Vignemale), aux montagnes mythiques des Alpes (Mont Blanc, Drus, Aiguille du Midi) et à l'Himalaya.

Refuge de l'Aigle


Elle sait capturer ces moments fragiles car éphémères où les nuages, accrochés aux cimes, offrent un spectacle unique aux montagnards.

La Dent du Géant


Que ce soit avec une palette de noir/blanc, ou de blanc/bleu, elle retransmet avec justesse la puissance, le mystère et la beauté des sommets.


Mont Blanc


Art Raie vous invite donc à consulter son site officiel:    www.camillebeurrier.fr

dimanche, novembre 05, 2017

NICK CAVE

Nick CAVE !
Pas le chanteur, l'autre !

Vous n'en avez jamais entendu parlé ?!
Et bien cet article va y remédier !


Ce Nick cave est un danseur et plasticien américain.

Des études de danse très poussées l'ont amené à être danseur pour la compagnie d'Alvin Ailey
(qui comptait parmi les danseurs et chorégraphes afro-américains les plus réputés des années 60-80).

C'est pendant ses études à l'Institut des Arts de Kansas City qu'il apprend à coudre.

Il récolte ci et là des objets trouvés.
Petit à petit les deux univers se réunissent et un torrent de création surgit de son esprit.




Influencé par l'univers des costumes de cérémonies et danses tribales, il invente à son tour tout un monde de parures aux formes complexes et aux couleurs variées. Les vêtements deviennent esprits et rendent hommage aux mondes animal et végétal.
De longs poils suivent les mouvements des danseurs et ajoutent de la puissance.




En France, il a exposé ses costumes à l'exposition Phantasia au Tripostal qui s'est tenue dans le cadre de Lille 3000 en 2012.







Ses œuvres les plus connues sont les Soundsuits (costumes sonores), des sculptures de tissu qui peuvent être portées comme des déguisements extravagants.

Actuellement basé à Chicago, il commence à transmettre à la nouvelle génération son expérience en présidant la section mode de l'Institut d'Art.


Site Officiel:
http://nickcaveart.com/Main/Intro.html

Vidéos:

 


 



samedi, juillet 01, 2017

MAURICE UTRILLO


Suite et fin de la saga VALADON (voir article précédent) avec:

 Maurice UTRILLO  fils de Suzanne Valadon
(représenté ci-dessus au 1er plan)

C'est d'abord une naissance illégitime à Montmartre.
Sa mère, elle-même enfant naturelle a servi pour de grands peintres (voir article précédent).
Dès le plus jeune âge, Maurice baigne dans le milieu du dessin et de la peinture.
En effet, sa jeune mère passe de longues heures à le croquer encore et encore.
Il est représenté souvent dans sa nudité au moment de sa toilette.
De caractère fragile, l’enfant grandit et se fait homme.
Cependant il reste d'une grande fragilité mentale.
Après des essais désastreux dans le monde du travail, il sombre dans l'alcoolisme.
Assailli à de nombreuses crises nerveuses (séjour en maison de santé et tentatives de suicide) ,
il se lance dans la peinture – activité qui le canalise.


La Maison de Mimi Pinson sou la neige à Montmartre   

Exploité par un marchand, il dilapide en boissons ces moindres revenus.
C'est alors que sa mère tombe amoureuse du meilleur ami de Maurice.
Elle en fera son second mari.


La grande cathédrale d'Orléans

Voilà qu'arrive enfin le succès. En France d'abord puis à l'étranger.

De son parcours artistique, se dégage quatre périodes bien distinctes :
-la période à Montmagny
-la période Impressionniste
-la période Blanche
-la période Colorée


Rue du Mont Cenis

Rue du Mont Cenis

Sa peinture n'est pas doté d'effets esthétiques sensés séduire l'observateur.
Elle se veut témoin authentique d'un Paris d'une autre époque.
Une époque ou la photographie était à ses balbutiements.
Une époque ou Montmartre (pourtant quartier modeste) abritait en ses murs les futurs génies du monde de l'Art.
Cent ans plus tard ce quartier fait toujours fantasmer les touristes.
C'est une véritable carte postale de Paris.


Maison Bernot

A leur manière, Suzanne Valadon et son fils Maurice Utrillo sont devenus des ambassadeurs posthumes de ce petit village au sein de la ville lumière...

dimanche, avril 30, 2017

SUZANNE VALADON OU LA FUREUR DE PEINDRE

Peut nombreuses sont les femmes qui sont entrées dans l'histoire de l'Art français.

Suzanne Valadon y a trouvé une place d'autant plus singulière que rien ne l'y prédestinait.
A cette époque les femmes avaient aucun droit. Peindre était très mal vu.

Voici donc le parcours peu ordinaire d'une femme décidément très moderne.

Celui d'un être au tempérament sulfureux certes mais authentique.

Marie Clémentine Valadon naquit en 1865. Sa mère vit seule avec un maigre salaire de lingère.
Le temps fait son œuvre et la gamine insolente devient une adolescente à la beauté précoce.
Quelques mois après un sévère accident lors d'une répétition dans un cirque, elle devient Maria modèle pulpeux, rayonnant aux yeux des peintres pour qui elle va poser pendant dix ans.
Parmi eux, on y retrouve : Puvisde Chavannes, Henner, Toulouse-Lautrec, Renoir...
Beaucoup seront naturellement ses amants...

Suzanne Valadon, Paris vers 1890

Fière et revancharde, voluptueuse et paillarde, passionnelle et possessive, jalouse et fort en gueule, elle cultive une passion depuis son enfance : celle du dessin.
Les ateliers des maîtres lui servent de couche et d'école. Elle écoute, observe, s'instruit.
Marie Clémentine abandonne désormais son prénom pour celui de Suzanne.

A dix huit ans, elle accouche d'un fils : Maurice Valadon
(celui-ci deviendra peintre également. ART RAIE consacrera son prochain article sur lui)
Elle le peindra d'un pinceau sans pitié, mais toujours avec grandeur et bonté.

Suzanne Valadon, Paris 1885
Quelques années plus tard, elle rencontre Degas.
Une longue amitié les liera jusqu'à la fin. Elle sera son seul disciple.


L'acrobate, ou la roue 1916. Huile sur toile 38*46 cm

On découvre déjà sur ses premières toiles une volonté farouche de ne pas verser dans l’afféterie ou la facilité. Elle use d'une palette riche. D'une écriture franche caractérisée par ce trait noir qui cerne ses figures.
Autoportraits et portraits, nus, paysages et natures mortes révèlent une personnalité rare et authentique.

Nu allongé sur un canapé rouge 1920 Huile sur toile 80*121 cm

Elle saisie les corps des femmes dans une immobilité silencieuse intemporelle et grave.
Le visage est souvent fermé. En revanche, la morphologie d'un dos courbé, l'abandon du repos, la grâce de l'éveil, l'intimité du bain sont autant de mises en scènes que l’artiste choisit d'éterniser.
Sans complaisance, elle recherche inlassablement la vérité à travers ces anatomies, ces nus charnels, tantôt solaires, tantôt fanés.
La nudité chez Valadon donne à voir avec grandeur des histoires ordinaires.


La toilette 1908 Pastel et fusain sur papier 48*60 cm



Femme dans son tub vers 1910 Sanguine sur papier 19*27 cm

A trente ans, elle épouse un bourgeois. A quarante quatre ans, elle le quitte pour André Utter, peintre de son état. Il est âge de vingt trois ans mais qu'importe.
Suzanne montre une virtuosité et une confiance croissante dans sa volonté de travailler sur toile.

L'avenir dévoilé, ou la tireuse de cartes 1912 Huile sur toile 63*130 cm

1917 marque le décès de son grand ami Degas. Son fils traverse des crises d'éthylisme et de schizophrénie. Ses brouilles avec son mari sont de plus en plus profondes.
Elle réapprend la solitude.

La chambre bleue 1923 Huile sur toile 90*116 cm

Elle est victime d'une attaque le 7 Avril 1938 et décède alors âgée de 72 ans.


Autoportrait 1883 Crayon, fusain et pastel sur paoier 43,5*30,5 cm

Malgré une vie houleuse , Suzanne Valadon rencontrera un succès certain.
Elle conduit âprement sa carrière de peintre pendant prés de quarante ans.
Artiste, elle se battit pour rester indépendante et ignora les influences éphémères de l'art expérimental, s'appuyant sur son propre instinct et son intuition.
Ses confrères l’appelaient Valadon,

ce qui montre bien qu'ils la considéraient comme un artiste
plus que comme une « femme artiste ».
lorsqu'on regarde ces merveilleux dessins de nus ou une peinture de vase de fleurs signés Valadon, la question ne son sexe semble totalement hors de propos.


La grand-mère 1883 Sanguine, fusain, craie blanche et crayon sur papier 35,2*29,5 cm